Alpes-Maritimes : des corridors pour éviter les accidents de voiture

26/03/2010
Les corridors écologiques ne sont pas seulement un outil de préservation de la biodiversité ; ils se montrent également efficaces dans la réduction des accidents de voiture sur les autoroutes.


© Frank Schultze/Zeitenspiegel

Econnect est un projet européen innovant lié au programme Espace Alpin 2007-2013, conçu pour rétablir les liaisons entre différents habitats des zones alpines, mais s'intéresse également de près au problème des accidents de la route causés par des collisions véhicules-animaux. Les animaux sauvages, comme par exemple les ongulés, les oiseaux de proie, les poissons et les amphibiens, se déplacent toujours sur les mêmes itinéraires pour se nourrir ou se reproduire. Il peut arriver que ces itinéraires croisent des autoroutes, ce qui crée des situations potentiellement dangereuses pour les automobilistes et pour les espèces terrestres.
D'après le parc naturel Alpi Marittime, l'une des sept régions pilotes formant le projet, il y a eu, au cours des deux dernières années, 419 accidents de voiture impliquant des ongulés dans le district de Cuneo (données fournies par l'administration provinciale de Cuneo - département Sauvegarde de la faune et de la flore). Il s'agit dans la plupart des cas d'accidents qui ont mis en danger la vie des conducteurs, mais qu'une meilleure planification du territoire et des infrastructures, associée à une utilisation plus avisée des technologies existantes, aurait pu permettre d'éviter. De nouvelles méthodes pour aider les animaux à traverser les voies à grande circulation sont testées dans le département français de l'Isère (une autre région pilote Econnect). Le dispositif consiste à placer, des deux côtés de la route, des détecteurs de mouvement et de chaleur ; un signal intermittent avertit le conducteur quand un animal s'apprête à traverser.
Le parc national Alpi Marittime a été choisi en raison de sa riche biodiversité et de sa position géographique, considérée comme un élément de liaison entre les Alpes et la Provence, la Méditerranée et la plaine du Pô. Les autres institutions italiennes soutenant ce projet sont : la Région autonome Vallée d'Aoste, l'Académie européenne de Bolzano, le Ministère de l'environnement et le WWF Italie. Y participent également le parc national du Mercantour (France) et le parc fluvial Gesso & Stura, directement appelés en cause par le parc Alpi Marittime, en même temps que d'autres autorités et institutions, susceptibles, de par leurs compétences, de contribuer à la gestion concrète de problèmes touchant la conservation et la biodiversité.
Le projet Econnect vise à créer dans différentes zones alpines des corridors écologiques, c'est-à-dire des espaces naturels où la propagation de la faune et de la flore se fait librement, à l'écart des barrières artificielles ; c'est là une bonne manière d'assurer la préservation du génome, qui est essentiel pour la survie des espèces. De plus, Econnect promeut la création d'un réseau permettant, par une approche commune aux problèmes, de surmonter les « frontières » scientifiques et méthodologiques.
L'intérêt du parc italien s'exprime sur trois plans principaux:
- Connectivité aérienne: réduire les dangers que présentent pour les galliformes alpins (tétras lyre, lagopède alpin et perdrix bartavelle) les câbles suspendus des remonte-pentes ou des lignes d'électricité. Il est prévu de mettre en place des mesures visant à améliorer la sécurité des oiseaux de proie migrateurs, spécialement le long de la vallée Stura, où des éoliennes seront probablement installées.
- Connectivité aquatique: prendre en considération toutes les barrières placées dans les criques et trouver la manière de réduire ou éliminer les éléments entravant les mouvements de la faune et de la flore aquatiques.
- Connectivité terrestre: identifier les infrastructures qui constituent un problème pour les espèces les plus sensibles.
Plus d'informations sur le projet ECONNECT sous www.econnectproject.eu